[FESTIVAL LITTERATURE ETC] Interview de Maryam Madjidi

affiche-littérature-etc

Il y a quelques semaines, nous vous présentions Aurélie Olivier, tête pensante de la littérature en mouvement. Nous vous annoncions le premier partenariat de Bookalicious avec un Festival : Le Festival Littérature Etc, qui se tient du 25 septembre au 21 octobre, au Pays d’Opale et Dunkerque, au Pays de Mormal, dans le Sud Artois et la métropole lilloise

Afin de fêter cette vision commune de la littérature, nous avons invité quelques auteures présentes à l’édition 2017 de Littérature etc. dont la thématique est « Hors Normes ». Un sujet porteur que Geneviève Peigné, Manon Labry et Maryam Madjidi décortiquent au prisme de leur écriture singulière. Sortez des sentiers battus et soyez Hors Normes !

 

maryam-madjidi

Maryam Madjidi est née en 1980 à Téhéran et quitte l’Iran à l’âge de 6 ans pour vivre à Paris puis à Drancy. Elle enseigne le français à des mineurs étrangers isolés, après l’avoir enseigné à des collégiens et lycéens de banlieue puis des beaux quartiers, des handicapés moteur et psychiques, des étudiants chinois et turcs, et des détenus. Elle a vécu quatre ans à Pékin où elle aurait donner n’importe quoi pour l’odeur d’un croissant et deux ans à Istanbul où elle a aimé contempler le monde depuis les rives du Bosphore. Dans Marx et la poupée (éd. Le Nouvel Attila, 2016) elle raconte les racines comme fardeau, rempart, moyen de socialisation, et même arme de séduction massive. (les présentations des artistes sont extraites du programme du Festival)

« Je me sens « hors-normes » dans la mesure où je suis une exilée iranienne ayant grandi en France. »

 

Quelle est votre définition à vous du concept « Hors-Normes » ? 

Ma définition du concept « Hors-Normes » désigne avant toute chose la marginalité, ce qui est situé en périphérie de la norme, au-delà d’elle, et au-dessus d’elle et la force de la marginalité tient dans sa capacité de critiquer et de se révolter contre la norme. N’entrer dans aucune case, s’en tenir toujours à distance est l’affirmation forte de la liberté individuelle.

En quoi vous sentez vous « Hors-Normes » personnellement, artistiquement… ?

Je me sens « hors-normes » dans la mesure où je suis une exilée iranienne ayant grandi en France. De par mon identité d’exilée qui a fait de moi une marginale puis de celle qui a grandi avec une double culture, je ne me suis jamais sentie « appartenir » à une patrie, une culture, une identité définie et unique. J’ai toujours eu un recul envers la France et l’Iran, les critiquant tour à tour. Me sentant partout chez moi et nulle part chez moi. 

Mon roman en témoigne d’ailleurs : j’ai refusé de choisir une norme littéraire qui aurait pu être par exemple le récit autobiographique classique à la première personne chronologiquement raconté. J’ai fait éclater la forme, utilisant différents genres littéraires et jonglant avec la première, la seconde et la troisième personne. L’éclatement de la forme, la fragmentation de l’identité sont aussi une manière de se situer en dehors de la norme.

Un artiste peut-il être dans la norme ?

Oui et il y en a eu et il y en aura mais je doute de la qualité et de la force d’une oeuvre qui épouserait la norme. Il me semble que l’art a toujours été l’expression d’un regard critique posé sur la société et les hommes. Révéler la norme pour ensuite la critiquer, la dénoncer, la refuser en quelque sorte.

couv-marx-et-la-pouée-madjidi

 

LECTURES-RENCONTRES autour de/avec/depuis/parmi L’EXIL

L’agenda de la tournée littéraire dans le Pays d’Opale 

Lundi  25 septembre à 19h au Café de l’agriculture à Peuplingues

Mardi 26 septembre à 10h30 au Collège d’Audruicq / à 19h à la Bibliothèque de Guînes
Mercredi 27  septembre à 15h à la Médiathèque de Bonningues (ateliers d’écriture) / à 19h au Café du Saxhorn à Ardres

Réservations souhaitées auprès de Céline Melin  responsable-mediatheque@cc-paysdopale.fr 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *