Rencontre avec : Rue des Promenades

Continuons notre tour d’horizon des éditeurs qu’on apprécie avec les Editions Rue des Promenades, jolie petite maison aux livres ciselés, aux formats originaux et à la ligne éditoriale qui ressemble bien à leur créatrice. Originale, surprenante, farfelue. Meet Charlotte Bayart-Noé! 

Je suis éditrice parce que… les livres, plus que les années et les voyages, changent les hommes (j’ai volé ces mots à Erri De Luca), et parce que le changement est le passage obligé de la continuation.

CBNComment êtes vous devenue éditrice ?

Je le suis devenue au terme d’une formation de reconversion professionnelle, après avoir parcouru un chemin de plusieurs années tout au long duquel j’ai appris 1°) que le langage est la matière de ma vie, 2°) que la circulation des textes est une fonction vitale pour nous les hommes, et 3°) que les faire circuler est une activité qui, chaque matin, donne du sens à la journée qui s’ouvre.

les histoires ont une puissance supérieure à celle des exposés

Comment avez-vous défini la ligne éditoriale de votre maison ? 

Je voulais publier des textes contemporains, qui témoignent de la période de transformations inouïe que nous traversons. Participer à montrer, au travers de la façon dont les auteurs disent le monde, qui nous sommes à ce point temporel particulier, alors que nous sommes quatre fois plus nombreux qu’il y a cent ans et que nous commençons à nous emparer des questions inhérentes à notre monde fini, pour reprendre les termes de Paul Valéry. Des textes de fiction puisque les histoires ont une puissance supérieure à celle des exposés, en ce qu’elles donnent une place plus large à celui qui écoute, et qu’elles se transforment au cours de leur circulation pour dire mieux ce qui mérite de l’être. Ainsi, le catalogue est construit essentiellement autour de deux collections :

  • « La Grande Semeuse », livres au format semi poche, littérature contemporaine : romans et recueils de nouvelles
  • « Petites choses qu’ils est bon d’avoir en tête », livres petit format, textes courts, ludiques et souvent illustrés

Le texte qui arrive en librairie est toujours mon préféré au moment où il sort

Capture d’écran 2016-04-25 à 22.28.47Quelles sont vos maisons préférées à part la votre ?

J’aime beaucoup le travail des éditions Asphalte, des écritures noires et urbaines contemporaines, du monde entier. Celui de La Contre Allée, pour qui la mémoire est un matériau de construction du futur et qui propose, dans un graphisme impeccable, des textes de fiction et de non fiction écrits dans une langue populaire et élégante. Celui des éditions du Sonneur qui proposent des textes étonnants d’hier et d’aujourd’hui, hauts en couleurs.

Quels sont les titres que vous préférez chez vous ?

Koumiko, d’Anna Dubosc. Le texte qui arrive en librairie est toujours mon préféré au moment où il sort, car il faut beaucoup d’amour pour réitérer ce geste économiquement farfelu (donc ardu) : publier un livre de littérature contemporaine et l’envoyer vers les lecteurs.

J’aime le langage puisqu’à chaque instant il recrée le monde

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans ce métier ?

J’aime les projets. Mener un projet, faire basculer un désir dans la réalité est une activité qui requiert du temps et du langage. J’aime le langage puisqu’à chaque instant il recrée le monde, j’aime le travail pour arriver à une expression juste de ce qui vaut d’être dit. Un projet de livre est un double travail de langage : celui de l’auteur qui mène le texte à son meilleur, celui de l’éditeur qui, en lien avec différents corps de métier, fait aboutir le livre et lui donne une chance d’être lu.

Tranquille, l'éditrice !

Tranquille, l’éditrice !

rue_des_promenades

Editions Rue des Promenades

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *