BooKalicious : le média littéraire indépendant

logo-bookalicious

 

BooKalicious, c’est d’abord un booktube, créé et animé par une journaliste, secondée par un expert en vidéo et en son. C’est un média numérique au contenu en constante mutation, reflet de notre vision de la culture : en mouvement permanent. Toujours prompte à se réinventer, à évoluer, à s’adapter.

Vous trouverez sur ce site nos chroniques vidéos, bien sûr. L’idée de départ de BooKalicious.  Mais  des chroniques écrites, aussi, parce qu’on n’arrive pas toujours à tout « vidéer ». Des interviews d’écrivains, d’éditeurs, de libraires, des nouvelles inédites d’auteurs américains, des correspondances avec des sites qui nous plaisent… 

Vous trouverez un univers tourné vers une littérature qui nous parle, qui signifie à nos yeux de lecteurs et de passeurs.

Beaucoup de littérature indépendante, donc. Des plus petits éditeurs, plus qualitatifs, plus passionnés, plus près de la culture que des euros, des gens inscrits dans une démarche qui nous porte et nous inspire. Et, parfois, des coups de coeurs « mainstream », des écrivains qui, s’ils sont édités chez Grasset, Seuil, Gallimard, Flammarion ou Stock, n’en restent pas moins des artistes dont nous aimons la plume, que nous aimons défendre, même si Augustin Trappenard l’a déjà fait.

Il n’y aura pas, il n’y aura jamais, et il faut dire jamais, souvent,  ce que l’on pourrait appeler la « livrature ». Ces objets d’encre et de papier, dont on tourne les pages par centaines, dont des milliers ou des millions de personnes dans le monde tournent les pages par centaines au fil de tomes à la chaîne.

Ici, il est question de Littérature. Nous sommes ravis qu’il existe un monde parallèle où des millions de best-sellers au contenu plus que questionnable se vendent, mais ça n’est pas notre tasse de café. Nous aimons trop la Littérature pour faire entrer ces objets (qui ont le droit de vivre, bien sûr) dans la même case syntaxique. Aussi avons-nous imaginé ce concept de « livrature » pour mieux ne pas en parler. « Il n’y en a pas qui pas », a dit un type pour faire intelligent. Il n’y a pas du tout, parfois.

Par contre, vous trouverez de la Littérature. Américaine ou non, underground, souvent, décalée ou trash, parfois. De la Littérature, de la vie.

N’oubliez pas une chose : Lire, c’est bon!

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *