Le Qui est Qui ? de l’édition indépendante

bras-hanging

Ils sont là, bien rangés, les éditeurs qu’on aime et qu’on défend depuis l’existence de BooKalicious.

Classés par ordre alphabétique, accompagnés d’une définition (à nous) de leur univers, petits, moyens et (parfois) gros mais toujours bons : ce sont les éditeurs qu’on aime.

Pour ne plus perdre votre latin, gardez ce who’s who sous la main (vous verrez, il est amené à s’enrichir…) !

A

  • Agullo. Textes urbains, contemporains, noirs, roses, drôles, profondément actuels par leur diversité et leurs angles inhabituels.
  • Anamosa. Des essais dans des écrins de papier pour une mise en perspective accessible du monde actuel par des sociologues, historiens, documentalistes…
  • Antidata. Court, c’est mieux ! Avec une ligne éditoriale dédiée au texte court, Antidata publie majoritairement des recueils et anthologies de nouvelles (mais pas que).
  • Asphalte. Des littératures urbaines et internationales, avec un goût prononcé pour l’Amérique du Sud et le polar, mais pas que.
  • Au Diable Vauvert. Culte, pop et impertinent à la fois, le Diable ne quitte pas les amateurs de contre-culture et de « genre » en tous genres.
  • Aux Forges de Vulcain. Eclectique et foisonnante comme une bibliothèque tenue par un mage barbu, cette maison jongle de main de maitre avec les genres et les univers.

B

  • La Belle Colère. Adultes et adolescents se retrouvent autour d’une maison dédiée au « young adult » sans limite d’âge.
  • Belleville. Un carrefour du monde où les littératures se connectent. Entre elles et avec les lecteurs qu’elles embarquent pour une immersion culturelle où numérique et texte se complètent.

C

  • Le Chemin de Fer. Textes courts et dessins inédits pour une vision colorée et vivante de la littérature contemporaine.
  • La Contre Allée. Politique et poésie, expérimentations textuelles et déconstruction des schémas littéraires pour un éditeur engagé.

F

  • Finitude. Classiques et modernes voisinent dans des textes délicats, où l’humain et ses singularités se déploient en toute discrétion.

G

  • Gallmeister. Beaucoup de « nature writing », avec des grands espaces, des polars avec des héros paumés, où trajectoires intimes et noirceur humaine font souvent bon (ou mauvais) ménage.
  • Globe. Documents, biographies, essais au menu de cette maison précurseur de la « creative non fiction » en France.

M

  • Marchialy. Une affaire de famille pour une maison dédiée à la non fiction créative, ou l’écriture journalistique romancée (et pop!).
  • Mirobole. Auteurs de tous horizons, unissez-vous autour du noir et de l’étrange ! La maison bordelaise au style éditorial libre et voyageur se promène dans le monde entier à la recherche de pépites littéraires.
  • Monsieur Toussaint Louverture. Belles jaquettes et beaux textes dénichés, chinés, débusqués et repassés à la moulinette moderne d’un éditeur hors-normes.
  • Le Murmure. Littérature et culture, pop culture et essais universitaires, romans français et poésie étrangère, cet « éditeur à la marge » voit les choses avec une curiosité contagieuse.

N

  • Le Nouvel Attila. Un éditeur qui ravage sur son passage les idées reçues et les carcans littéraires pour faire éclore des textes aux voix porteuses.

O

  • L’Œil d’Or. Six collections et un fort goût pour l’art contemporain, c’est logique pour une maison qui peut aussi publier un remake loufoque et grivois du Roi Lear.
  • L’Ogre. Mettre à mal le sens de la réalité et observer le basculement du réel, voilà un positionnement inédit et que le lecteur se plait à dévorer.

P

  • Playlist Society. Musique, cinéma et littérature au programme d’une collection qui fait voisiner essais, monographies et cartographies avec un regard rigoureux et pop.

Q

  • Quidam. Eclectisme et insolite pourraient définir la ligne éditoriale de Quidam, qui édite une littérature étrangère et française contemporaine qui flirte souvent avec la poésie en prose.

R

  • Rue des Promenades. Nouvelles, romans, patchworks, voix poétiques ou romanesques, brutales ou conceptuelles, les promenades sont sans fin et pleines de surprises.

T

  • Le Tripode. 3 pieds : littérature, arts, ovnis pour une machine de guerre culturelle qui érige la liberté en identité et défend un imaginaire ancré dans le politique de l’époque.

V

  • La Ville Brûle. Au départ dédiée aux sciences humaines et sociales, la maison à la ligne très politique s’est petit à petit ouverte, sans se départit de son regard, à d’autres champs pour dire et agir le monde.

W

  • Le Wombat. Des loufoqueries en tous genres et des moqueries sociétales qui n’ont pas oublié leur cerveau ni leur bon goût.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *