[INTERVIEW] Francis Geffard, président du Festival America « C’est une fête des mots et des idées, de tout ce qui peut enrichir nos vies »

 

Parce que nous adorons le Festival America, nous avons eu envie d’en savoir un peu plus sur ses rouages, son fonctionnement et sa programmation. Rencontre avec Francis Geffard, président du Festival.

 

francis-geffard-americaComment est né ce Festival, à partir de quelle volonté, quels constats, quels objectifs ? 

Le festival est né de l’envier de rassembler des écrivains de tout le continent nord-américain pour créer un rendez-vous unique pour les nombreux  lecteurs de ces littératures qui s’écrivent an français, en anglais et en espagnol. La France entretient une relation unique et particulière avec l’Amérique, nous avons partagé une histoire en commun au fil des derniers siècles. Quand des auteurs étrangers viennent en France, c’est le plus  souvent seuls et pour une courte durée réservée à la presse et à la promotion. L’idée du festival, c’est de leur

permettre d’échanger, de dialoguer sur des sujets qu’ils ont en commun, d’aller à la rencontre des lecteurs.

De faire vivre la littérature de façon vivante et dynamique, et de manière collective  alors que la lecture est une activité solitaire.

Le festival existe depuis « le début du XXIeme siècle », qui a vu naître les nouvelles thématiques de conflits et de violence, pensez-vous que la littérature soit de plus en plus politique au fil des années  ? Une arme contre l’obscurantisme de tous bords ?

Le festival est né par hasard au lendemain des attentats du 11-Septembre, qui ont changé le monde dans lequel nous vivons. La littérature est plus que jamais une arme contre les obscurantismes de tous poils. C’est un outil de liberté et d’émancipation. Elle nous aide à comprendre le monde et à vivre l’altérité. Dans un univers saturé par les nouvelles technologies où le temps fait figure de matière précieuse, elle nous offre le temps de la réflexion et du recul.

Comment choisissez-vous les auteurs à inviter ? 

Nous les rassemblons autour d’une thématique ou d’une autre, dans le cadre de la programmation qui a été dessinée,  veillant à rassembler des écrivains connus et de jeunes auteurs à découvrir, mêlant les origines et les langues, comme les maisons d’édition…

America, ce sont des dizaines de rencontres, lectures, débats, conférences… comment se définissent les thématiques de ces événements et répartissez-vous leurs participants ? 

Tout part des livres des auteurs, des tendances littéraires, de l’actualité et des thèmes qui s’imposent à nous.

Quelles sont les nouveautés ou particularités de cette édition 2018 ? 

Les  écrivains canadiens, anglophones et francophones, seront mis à l’honneur avec une programmation riche de vingt-deux rencontres thématiques. Les autres rencontres seront organisées autour des mots de la littérature, à la façon d’un abécédaire. (Je vous joins le dossier de presse pour plus d’information.

Comment définiriez-vous ce festival ? Quelle est votre vision de la culture ?

C’est une fête des mots et des idées, de tout ce qui peut enrichir nos vies. Découvrir le monde, faire l’expérience de l’altérité à travers la fiction. C’est un festival pour tous, des plus jeunes aux anciens qui découvrent aussi les cultures nord-américaines, à travers les livres, mais aussi les expositions, les films et les concerts