Histoires Naturelles de l’Oubli – Claire Fercak

867182

Un ancien soigneur de zoo perd la mémoire après un accident et un coma. Une bibliothécaire bordeline essaie de se reconstruire après la mort de son mari. Leurs destins alternent, se suivent, se répondent dans les chapitres, un pour Odradek, le soigneur, un pour Suzanne, la bibliothécaire. Et puis petit à petit, leurs destins vont se rapprocher, se croiser. Peut-être pas tout à fait comme on aurait pu s’y attendre, mais ça finit par se produire.

Il s’agit là d’un livre sur la mémoire, sur l’histoire, sur le vécu intime de notre vie… Et sur l’amour, sans niaiserie aucune. Odradek, obsédé par les corsacs, des espèces de petits renards de Mongolie, Suzanne, obsédée par Odradek… L’histoire ressemble à la vie, simple. Les sentiments, eux, les ressentis se dressent comme de drôles de bêtes tapies dans les coins, toujours promptes à fondre sur le lecteur et le déstabiliser. Oh tu croyais que c’était tout fluide et tout mimi comme histoire ? eh bien non. Non, viens toucher la folie, effleurer le désespoir et comprendre que le cerveau est une entité bien complexe et dotée d’une volonté propre en cas d’urgence.

Quand on est terrifié à l’idée de perdre la mémoire subitement (ne venez pas me contredire, c’est possible, j’ai vu un reportage sur arte d’un type qui d’un coup PAF, plus de mémoire de rien du tout. Depuis j’envisage de me promener avec une médaille pour chien auront du cou, ça fait punk). Bref. La mémoire, c’est quelque chose d’effrayant, une donnée majeure de notre être. Sans nos souvenirs, qui sommes-nous ? Sans notre vécu propre, qui sommes-nous ? Avons-nous une existence réelle sans cette somme de choses emmagasinées et stockées dans un coin de notre cerveau ? Vivons-nous par nos actes ou notre cerveau ? Que devenons-nous si l’une des deux sphères venait à défaillir ?

L’oubli, total pour l’un, partiel pour l’autre, des personnages de ce roman en miroir, définit un autre espace, comme une autre dimension. Le monde continue de tourner autour de ces protagonistes ballotés, fragiles fétus de paille dans un ouragan de certitudes et de bonnes intentions. L’impermanence dans laquelle ils plongent soudain dérange le monde autour d’eux, la redéfinition de l’espace et de la place de l’individu n’est pas d’actualité. Bref, vous l’aurez compris, ce roman est d’une douceur et d’une poésie rares dans la littérature, et, encore plus rare, très bien écrit, bien mené. Claire Fercack déploie un style sobre et précis, sans jamais déborder dans le larmoyant ni le démagogique. Avec une retenue très pudique, elle dessine une fable d’une exquise beauté.

Oui, vous voyez, on peut aimer les histoires de tox, de vieilles putes et de tueurs sanguinaires, de drogue et de violence, et se surprendre à avoir les yeux brillants devant une histoire d’humanité !

9782070147670

Histoires Naturelles de l’Oubli, de Claire Fercak. Editions Verticales