EUPL 2020 : Qui sont les auteurs ?

13 lauréats se partagent la finale de l’édition 2020 d’un Prix de la littérature de l’Union Européenne (EUPL) placé sous le signe de la crise sanitaire. Ils et elles viennent de Belgique pour Nathalie Skowronek, Bosnie pour Lana Bastašić, Croatie pour Maša Kolanović, Chypre pour Stavros Christodoulou, Danemark pour Asta Olivia Nordenhof, Estonie pour Mudlum (Made Luiga), Allemagne pour Matthias Nawrat, Kosovo pour Shpëtim Selmani, Luxembourg pour Francis Kirps, Monténégro Stefan Bošković, Macédoine du Nord pour Petar Andonovski, Norvège pour Maria Navarro Skaranger, Espagne pour Irene Solà. Sur 13 finalistes, 7 sont des femmes, 7 sont né.e.s dans les années 1980-90 (place à la jeune génération !). 

Le site de l’EUPL, qui présent chaque auteur avec un extrait (en VO ou en anglais) de son livre primé, est très complet : à chaque finaliste une photo, une présentation, quelques grandes lignes de son travail et de ses thématiques. Petit aperçu des noms qui se démarquent particulièrement et en toute subjectivité absolue. 

© Gallimard

On y apprend, par exemple que Nathalie Skowronek, la lauréate Belge a travaillé dans la mode féminine pendant 7 ans avant de retourner à la littérature, son premier métier et domaine d’études. Elle a publié son premier roman à l’âge de 37 ans « Karen et moi » (Arléa, 2011), premier tome d’une trilogie  familiale. Elle est récompensée pour « La carte des regrets », publié chez Grasset. 

© Radmilla Vankovska

Ou encore que Lana Bastašić, dont le premier roman « Catch the rabbit » est une version en miroir d’Alice au Pays des merveilles, est une nouvelliste reconnue dans  son pays, où la nouvelle est bien mieux vue qu’en France. Entre plusieurs projets, Lana est l’une des créatrices du « 3+3 sisters’ project » qui vise à promouvoir les écrivaines des Balkans. 

© Dado Ljaljevic

Encore un goût marqué pour la nouvelle chez Stefan Bošković, lauréat du Monténégro, qui a publié un recueil en 2018 après avoir été lauréat à un festival de nouvelles en 2016. « Minister », son second roman, primé par l’EUPL, raconte sous forme de journal, la vie du ministre de la culture du Montenegro entre thriller politique et roman psychédélique. 

La plus jeune des lauréates 2020 est née en 1994 et représente la Norvège. Oslovite, elle a étudié l’écriture créative et la littérature comparée. Avec seulement deux romans à son actif, elle a déjà posé les grandes lignes de son style, salué par les critiques pour son originalité et sa précision. Maria Navarro Skaranger joue sur les thématiques, les mots et les recherches stylistiques pour s’imposer une voix originale de la littérature norvégienne. 

Amis éditeurs, à quand une judicieuse importation de talents dans vos pages ? 

Sur ce lien, vous pourrez retrouver l’anthologie 2020 (soit des extraits, en VO et en anglais, des textes finalistes)

Tags