3 minutes avec… Aloïse Sauvage

alaise-sauvage

Comédienne, chanteuse, danseuse, Aloïse Sauvage semble douée d’ubiquité artistique. A 25 ans, elle fait de l’éclectisme un leitmotiv, sans se limiter ni s’enfermer dans des schémas pré-établis. Entre deux portes, deux trains, deux plateaux, elle nous parle de son lien à la littérature et aux livres.

Quelle est l’importance de la littérature pour toi, d’une manière générale ? 

La littérature a une place vraiment importante dans ma vie. J’aime l’objet du livre – on sait combien ce support se raréfie désormais pour laisser place à l’électronique ; j’aime avoir chez moi les différents livres qui m’ont émue à différents moments de vie et pour différentes raisons. Et puis j’aime par dessus tout son contenu. J’aime me laisser transporter dans des espaces mentaux qui me permettent d’évoluer ensuite dans ma propre réalité. J’aime les écritures diverses et variées des écrivains que je découvre. J’ai eu la chance d’attraper jeune le virus de la lecture : il faut dire que mon père est documentaliste donc.. Je connais bien l’activité bibliothèque.

Dans quelle mesure littérature et poésie t’inspirent-elles au quotidien dans ton travail artistique ? 

J’aime bien lire et me faire accrocher par une phrase qui va m’amener un parfum, un souvenir, une émotion, une aventure passée, un rêve à venir. Cela peut être le point de départ d’une chanson par exemple, comme si ce quelque chose sur lequel mon esprit a buté était maintenant une évidence à décrire. Je n’ai pas de méthode pour écrire, j’écris tout le temps, souvent dans les trajets, les voyages. J’écris, j’ai des pages et des pages de mots assemblés qui ne sortiront sans doute jamais de mes carnets. Ou peut être sur un autre support que celui de la musique.. Un livre ? J’aime lire par plaisir et j’aime me rendre compte ensuite avec le recul combien mes lectures m’ont influencée alors que je ne le conscientisais pas. Par exemple ma manière d’écrire dans mes chansons.. Forcément elle vient bien de quelque part.. Une danse aussi peut partir d’un mot, comme un mot peut partir d’un geste.

Quel sont tes livres préférés ? 

Je ne suis pas très douée pour retenir les titres alors je peux plutôt te dire ce que je lis en ce moment. J’ai fini il y a quelques temps le dernier livre de Nina Bouraoui « Tous les hommes désirent naturellement savoir ». Je lis en ce moment de la poésie, « Ce qu’on vaut de poussière » de Felix Costaglioli et « Amour d’hiver » de H.D, tiens tu vois ces deux livres, je les ai achetés sans savoir mais leurs titres et leurs couvertures me parlaient. 

J’ai toujours pas loin le recueil « Les nouveaux anciens » de Kate Tempest. J’aime énormément ce qu’elle dit et comment elle le dit. Et je crois que je vais relire « D’autres vies que la mienne » d’Emmanuel Carrère, je le vois au loin dans ma bibliothèque, je ne m’en rappelle plus mais je me souviens qu’il m’avait touchée.

Quel est le livre que tu aimerais qu’on t’offre ? Celui que tu préfères offrir ? 

J’aimerais que la personne qui m’offre un livre me l’offre parce que ce livre a une résonance particulière pour elle. Je trouve que c’est le plus beau des cadeau que de s’ouvrir ainsi; c’est pour moi comme offrir une partie de soi. 

Je dis ça mais j’aime bien offrir des livres que je n’ai même pas lus, me laissant guider par le résumé au dos ou bien même parfois seulement le titre et la couverture.. J’aime beaucoup les titres. Je trouve en soi que le livre est un très beau cadeau et qu’il n’est pas du tout – comme on peut le dire – un cadeau banal.

Tu as le temps de lire, parfois ? 

J’ai beaucoup moins le temps de lire et je le regrette. Je passe alors par des phases de grandes sécheresses littéraires quand mon temps est entièremment occupé au reste et par des phases de boulimie où je peux enchaîner deux trois livres sans m’arrêter. J’attaque (enfin!) la période de boulimie..